UNE RENCONTRE ANNUELLE AUX RÉSULTATS INESPÉRÉS : L'HISTOIRE DE MARIE-LOU ET DE VINCENT

Accueil Nouvelles UNE RENCONTRE ANNUELLE AUX RÉSULTATS INESPÉRÉS : L'HISTOIRE DE MARIE-LOU ET DE VINCENT

16 Novembre 2018

Il y a de ces histoires qui méritent d’être racontées, spécialement à l’aube de la période Fêtes, un moment de générosité et de réjouissances. Cette histoire est celle de Vincent, un jeune homme de 12 ans qui doit composer depuis sa naissance avec une déficience motrice cérébrale de type diparésie spastique avec mouvements incoordonnés aux membres supérieurs et inférieurs. Elle débute par une rencontre annuelle entre Marie-Lou Ferland, sa mère, et Denis Laforest, le directeur général de la Caisse Desjardins de Québec pour laquelle elle travaille.

Monsieur Laforest a proposé aux 140 employés de sa caisse des rencontres individuelles sur une base volontaire. Cela lui permet de mieux connaitre les gens sur un plan personnel.

Dans le cadre de l’une de ces rencontres, il y a de cela quelques mois, il a été particulièrement ébranlé lorsque Marie-Lou, conseillère en finances personnelles, lui a parlé de Vincent et de la réalité dans laquelle ils évoluent. Dès sa naissance, les médecins avaient prédit que Vincent ne marcherait pas, encore moins qu’il courrait, ferait du vélo ou quelque autre sport. La résilience de Vincent et de sa mère a été remarquable puisqu’il réussit aujourd’hui à relever de grands défis et qu’il est bien intégré dans un milieu scolaire régulier.

Ce moment d’échange a aussi permis de comprendre que l’utilisation régulière d’une chambre hyperbare aidait beaucoup Vincent, notamment en réduisant ses tremblements et en améliorant sa diction. Toutefois, les traitements devaient être faits en continu, ce qui rendait les coûts de location très élevés. Quant à l’achat d’une chambre hyperbare, le prix unitaire rendait l’option irréaliste.

Touché par cette histoire, M Laforest a entamé des démarches afin de financer, par donations, l’achat de la chambre hyperbare pour Vincent. Il a donc mis sur un pied une levée de fonds engageant non seulement l’ensemble des employés de la Caisse Desjardins de Québec, mais aussi des partenaires d’affaires qui ont à coeur la santé des enfants. Son initiative a tout de suite motivé les employés à prendre en charge diverses activités de financement internes et la mobilisation s’est révélé remarquable.

Finalement, cette levée de fonds spontanée s’est conclue le 13 novembre dernier lors d’une activité bénéfice au magasin de jouets Benjo. La vente de billets pour cette activité, organisée entièrement par des employés qui assuraient même le service des petites bouchées, a permis d’amasser la somme nécessaire à l’achat de la chambre hyperbare qui est désormais installée chez Vincent!

Voilà un bel exemple de solidarité, de générosité et d’empathie qui a donné des résultats concrets! Comme quoi certains milieux de travail sont souvent bien plus qu’un lieu où gagner sa vie.